Blog

La négligence de la responsabilité du ministère de l’Environnement à l’égard de la gestion des déchets causé par les fermes d’élevage de chiens et les transformant en industries de déchets alimentaires.

[KARA Press Release] The Ministry of Environment’s Neglect of Responsibility for Waste Management Results in Dog Meat Farms Becoming Furnaces for Food Wastes in French.

Ci-dessous la traduction du communiqué de presse du 11 juillet 2017 de Korea Animal Rights Advocates(KARA):
Cliquez ICI pour le communiqué de presse en coréen.
Cliquez ICI pour la mise à jour en coréen.

Minister of Environment Eun-Kyung Kim

  • La négligence de la responsabilité du ministère de l’Environnement à l’égard de la gestion des déchets causé par les fermes d’élevage de chiens et les transformant en industries de déchets alimentaires.
  • La gestion des déchets est une activité secondaire pour les fermes de production de viande de chien, contribuant ainsi à la poursuite de leurs profits et ce, malgré la baisse de la demande pour la soupe à la viande de chien (boshintang).
  • Présenté en surface en tant que recyclage de déchets alimentaires pour l’alimentation animale, le ministère de l’Environnement s’avère utiliser les chiens comme «poubelles vivantes».
  • Le ministère de l’Alimentation et de la Santé et le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation ont tous négligé d’examiner les sites et de s’assurer de leur conformité selon la Loi sur le contrôle sanitaire des produits du bétail et des aliments pour poissons.
  • Afin de prévenir les épidémies (de maladies), nous devons interdire l’alimentation de la ‘boue humide’ (recyclage de dechets alimentaires) aux chiens et aux volailles.
  • L’administration Moon Jae-In doit tenir sa promesse de parcourir les fermes de production de viande de chien dans tout le pays et d’y apporter des changements.

Nous dévoilons le sombre secret sur la façon dont les élevages de chiens ont pu être formés et exploités en Corée du Sud, la seule nation au monde où des chiens sont élevés dans des fermes industrielles où des centaines ou même des milliers de chiens sont élevés par uniquement une ou deux personnes. Selon Korea Animal Rights Advocates, (directeur: Soon-Rye Im, ci-après dénommé KARA), il a été découvert que le ministère de l’Environnement négligeait de gérer correctement le gaspillage alimentaire en autorisant des éliminations illégales. En profitant du laxisme de la gestion des déchets alimentaires par le ministère de l’Environnement, les fermes de production de viande de chien ont pu croitre de manière impressionnante grâce au libre accès aux déchets alimentaires et aux déchets d’élevage illégaux.

Selon la Loi sur le contrôle du bétail et des aliments pour poissons, avant que les déchets alimentaires puissent être distribués comme aliments pour animaux, Ils doivent d’abord être transférés dans une installation de recyclage autorisée où ils sont stérilisés et soumis à des tests de contamination, comme la salmonella et d’autre maladie. En 2016, 83 de ces installations de recyclage ont traité 1,1 million de tonnes de déchets alimentaires qui ont ensuite distribué 400 000 tonnes (environ 37%) des déchets alimentaires recyclés collectés aux éleveurs de porcs. Toutefois, le ministère de l’Environnement a délivré des licences de traitement des déchets alimentaires aux éleveurs de chiens qui voulaient collecter des déchets alimentaires, sans jamais inspecter ou vérifier ces élevages et ainsi de s’assurer leur conformité aux normes en vigueur. En accordant une autorisation (autorité) de gestion des déchets de manière non-discriminatoire aux éleveurs de chiens, de surcroît, sans surveiller leur respect de la Loi sur le contrôle du bétail et des aliments pour poissons, le gouvernement a contribué à la maltraitance des animaux, aux menaces pour la santé publique, aux odeurs et aux ravageurs et la pollution de l’environnement causée par les décharges secondaires.

L’ampleur de la mauvaise gestion des déchets d’élevage est encore plus grave. L’autorité de gestion des déchets d’élevage, qui doit être entièrement recyclée ou éliminée, a été délivrée aux fermes canines, ce qui équivaut à un laissez-passer gratuit pour la prévention des épidémies. Ce qui correspond à l’effondrement complet du système préventif des maladies zoonotiques contagieuses telles que la grippe aviaire. La réponse du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales a été honteuse avec la négligence des responsabilités atteignant le niveau de «terreur des déchets». N’étant pas conscients de la gravité de la situation, ils ont uniquement interdit la distribution de déchets alimentaires recyclés à la volaille, mais pas aux chiens.

Malgré une baisse significative de la consommation et de la demande de soupe à la viande de chien et une chute du prix de marché des chiens, les élevages canins ont pu rester en activité grâce au soutien systémique et illégal du ministère de l’Environnement. Leur manque d’intérêt pour les animaux a permis aux élevages de chiens de nourrir les chiens en leur donnant des déchets gratuits. Autrement dit, ils sont payés pour prendre et traiter les chiens comme des poubelles vivantes.
En conséquence, parmi les 33 entreprises de gestion des déchets enregistrées à Gimcheon dans la province de Gyeongsangbuk-do, 6 fermes avaient des types de bétail invérifiables, tandis que les 27 autres déclaraient exploiter une ferme de production de viande de chien et avaient l’intention d’utiliser ces déchets.

L’un de ces élevages de chiens, JeonOO farm, a signalé qu’il élevait 370 chiens et collectait des déchets alimentaires dans 25 grands sites de décharge, dont une université, un lycée, un collège et neuf écoles primaires. Il est irréaliste que 370 chiens puissent consommer une si grande quantité de déchets alimentaires, ce qui laisse supposer un commerce parallèle, l’élimination ou la vente illégale de ces déchets alimentaires. Il est probable que l’argent reçu pour la collecte des déchets pourrait représenter des montants d’envergure.

A noter, la récente épidémie de grippe aviaire, qui a entraîné l’abattage de masse de 40 millions de volailles, a débuté dans un abattoir (OO Food, Inc.) situé à Eumseong, dans la province de Chungcheongbuk-do. Sur les 22 entreprises de gestion des déchets animaux qui ont collecté les déchets de cet abattoir, une dizaine d’entreprises ont été identifiées comme étant des fermes de production de viande de chien. Les 10 élevages de chiens étaient situés à Goesan, Eumseong, Jincheon, Chungju dans la province de Chungcheongbuk-do et aussi loin que Gimpo dans la province de Gyeonggi-do. Dans un autre cas, une ferme de production de viande de chien à Naju, dans la province de Jeollanam-do, collectait de grandes quantités de déchets non seulement des abattoirs de canards de Jeongeup, dans la province de Jeollabuk-do, mais aussi de Paju, Province de Gyeonggi-do.

La façon dont les chiens sont perçu dans ces fermes et ‘élevages de chiens’ peut être vérifié dans l’’enregistrement du Korea Meat Dog Farmers Association, d’où ils apparaissent comme une simple entité juridique des objets appartenant à l’entreprise. En s’enregistrant comme entité juridique et entreprise de déchets, elles sont en mesure de déclarer leur objectif de «recycler les déchets alimentaires en tant qu’aliment pour animaux et de gérer l’élimination de ces propres déchets».

KARA a déclaré: «De nos jours, nous visons des animaux de ferme libérés des cages de confinement et une transition vers des fermes de bien-être écologique. La Korea Meat Dog Farmers Association est une organisation qui admet utiliser leurs chiens comme des poubelles vivantes pour disposer de la nourriture et des déchets du bétail avec pour seul intérêt de maximiser leurs profits. A cela ils ajoutent que: «La négligence flagrante du ministère de l’Environnement, du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales et du ministère de la Sécurité des aliments et des médicaments ont contribué à la croissance des élevages de chiens à grande échelle. Ils n’ont apparemment aucun remords pour leur gain mal acquis de l’exploitation et de surcroit, revendiquent avec arrogance leurs droits acquis.

En ce qui concerne les pratiques négligentes et illégales du ministère de l’Environnement en matière de gestion des déchets, Mme Guk-Hwa Seo (l’avocate experte de KARA) a souligné leur illégalité. Selon le principe du recyclage des déchets, le ministère de l’Environnement a confié aux éleveurs de chiens la responsabilité de recycler efficacement les déchets alimentaires malgré le fait qu’ils ne répondraient jamais aux normes et critères définis par la loi, transformant ces entreprises de gestion des déchets et de l’utilisation de ces animaux (chiens) comme des machines de traitement des déchets alimentaires, qui sont ni supervisé ni réglementé et échappe ainsi au toutes procédures de traitement/contrôle des déchets alimentaires tel que la distribution des déchets, le recyclage dans l’alimentation animale et le contenu de leurs ingrédients.

KARA a déclaré: «En raison des activités illégales du ministère de l’Environnement concernant la gestion des déchets, les élevages canins ont pu se développer en d’immenses opérations.» Il ajoute: «Des actions immédiates sont nécessaires pour cibler la maltraitance des animaux, les menaces pour la santé publique, les épidémies de maladies zoonotiques contagieuses telles que la grippe aviaire, les plaintes d’odeurs, de parasites, et la pollution de l’environnement par sites de décharges.
Peu de temps après la conférence de presse du 11 juillet 2017, KARA ce penche pour trouver une solution au problème en demandant une réunion avec le ministre de l’Environnement et a exigé qu’il mène une enquête nationale immédiate sur la distribution des déchets alimentaires aux élevages de chiens.

"Meat Dog" farm in Gwangju, South Korea.

"Meat Dog" farm in Gwangju, South Korea.

"Meat Dog" farm in Gwangju, South Korea.

"Meat Dog" farm in Gwangju, South Korea.

Photos: KARA, SaveKoreanDogs.org

Print Friendly, PDF & Email

Leave a Reply